Le technicien en hémodialyse : un travailleur de l’ombre

Avatar Bernadette Gombert le 18 septembre 2014

En hémodialyse, les machines qui permettent l’épuration extra rénale doivent être fiables à 100%. Elles doivent être agréées, calibrées et entretenues. Pour être agrées, les machines doivent être conformes à la législation européenne et répondre à une ordonnance sur les dispositifs médicaux(Odim) En effet, les générateurs d’hémodialyse sont surveillés de très près car on ne peut pas admettre un risque pour le patient qui est branché à la machine 3 fois par semaine.

Les patients dialysés voient rarement le technicien dans les salles d’hémodialyse car il travaille le plus souvent dans son atelier qui peut être ou pas attenant au service. C’est pourquoi je l’appelle le travailleur de l’ombre. Pourtant son rôle est majeur pour assurer la sécurité des patients.

131113JG_centre_dyalise_003

Le technicien connait parfaitement la complexité des générateurs de dialyse (photo HUG)

Le rôle du technicien est d’assurer la maintenance des générateurs de dialyse, tant sur le plan du correctif que sur celui du préventif. Il est responsable de la mise en place et du suivi des procédures relatives à la maintenance de la totalité des machines du service de dialyse. Il veille au respect des obligations légales en assurant le suivi et la traçabilité des interventions de maintenance ainsi que l’inventaire des équipements du parc d’hémodialyse.

Il intervient lors des pannes en cours d’utilisation sur appel des utilisateurs (les infirmières et infirmiers)

Il participe aux discussions lors de l’achat de matériels, essais et démonstration de nouveaux produits, appels d’offres et lors des problèmes de matério-vigilance. Il se forme aux nouvelles techniques et suit l’évolution des nouveaux produits.

Le suivi et le contrôle bactériologique  (endotoxines) des machines sont très stricts. La gestion des prélèvements est réalisée par le technicien de dialyse et dans certains centres ce sont les infirmières qui le font. Afin de garantir la sécurité du patient, cette tâche est effectuée en lien étroit avec le secteur du traitement des eaux pour assurer une qualité d’eau irréprochable. Voir article sur le traitement de l’eau de janvier 2014

Au centre de dialyse des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) le technicien de dialyse explique à chaque nouvelle infirmière ou infirmier le principe simplifié du fonctionnement interne des machines. Il l’informe également de la manière de remplir les feuilles de pannes qui peuvent être informatiques ou en papier. Le technicien a besoin d’un maximum d’informations au sujet des circonstances de la panne pour cibler au plus vite le problème.

Les générateurs actuels tombent rarement en panne, mais il y en a toujours en réserve dans tous les centres de dialyse pour remplacer une machine qui doit aller à l’atelier pour une révision.

Les techniciens de dialyse sont toujours en relation avec les soignants et aussi avec les firmes qui ont fabriquées les machines. Aux HUG, ils sont trois techniciens de dialyse qui travaillent en tournus.

Le technicien de dialyse s’occupe également de la maintenance des osmoseurs mobiles pour les hémodialyses aux soins intensifs

Sources: http://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995459/201007010000/812.213.pdf

http://nephrohug.wordpress.com/2014/01/

Avatar

Publié par Bernadette Gombert

2 commentaires

  1. Avatar

    Nel 2019 come è inquadrato il Tecnico di Emodialisi??

    Répondre

    1. Pascale Lefuel

      Tout dépend dans quelle institution travaille le technicien d’hémodialyse, si c’est un hôpital universitaire, il est dans un pool d’ingénierie biomédicale, et encadré et formé dans ce contexte-là.
      Pour les institutions privée ou de petite taille, les firmes qui distribuent les générateurs proposent des formations, voir proposent elles-mêmes leurs techniciens.

      Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *