Sel et insuffisance rénale

Bernadette Gombert le 24 octobre 2014
Fleur_de_sel2

Fleur de sel de Guérande (wikipedia.org)

Sylvain Ho est diététicien aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Il est spécialisé dans la prise en charge des patients en insuffisance rénale. Il rencontre des patients qui ne sont pas en dialyse mais qui ont les reins plus ou moins défaillants, ainsi que des patients dialysés. Il me dit qu’il revient presque toujours avec les patients sur la consommation du  sel.  En effet,  de manger « peu salé » est souvent un problème pour les patients de néphrologie. Sylvain Ho nous éclaircit  ci-dessous sur les habitudes des personnes en Suisse, concernant le sel. Il nous donne aussi des suggestions pour diminuer notre consommation.  Voici son texte:

Sylvain Ho, diététicien aux HUG. (photo HUG)

Sylvain Ho, diététicien aux HUG. (photo HUG)

Le sel est un élément essentiel de notre organisme. En effet, il permet de  maintenir l’eau à l’intérieur du corps, de régler la répartition et les  mouvements d’eau. Il agit également sur les transmissions nerveuses et les contractions musculaires. De plus, enrichi en iode ou en fluor, le sel permet de lutter respectivement contre le crétinisme et les caries dentaires . Toutefois, depuis l’invention des techniques d’extraction le rendant accessible à tout le monde, le sel est devenu surconsommé.   Savez-vous que nous consommons en moyenne 10 g de sel par jour en Suisse, alors que nos besoins sont d’environ 3 g par jour ? Pour être un peu moins strict, l’organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un apport en sel inférieur à 5 g par jour. Une surconsommation de sel a des effets négatifs sur le système cardiovasculaire, comme l’hypertension artérielle par exemple. Des reins fonctionnant parfaitement permettent d’éliminer l’excès de sodium, mais lors d’insuffisance rénale celui-ci s’accumule. Ce qui a pour conséquences, une rétention d’eau plus importante et une augmentation de la tension artérielle. Une consommation excessive de sel  chez les personnes dialysées peut entraîner une accumulation trop importante d’eau entre les séances de dialyse, car malheureusement, le sel donne soif. Trop de liquides absorbés peut mener à un œdème aigu du poumon (OAP) et aggraver l’hypertension artérielle. Il est donc important de surveiller sa consommation en sel et de ne pas en abuser, surtout pour les personnes dialysées. Demandez à votre médecin ou à vos infirmières quelle quantité vous avez le droit de boire sans vous mettre en difficulté.

130408JG_nephrologie_024

Les petits sachets bleus représentent 1 g de sel (Photo HUG)

Voici quelques suggestions pour diminuer vos apports en sel :

  • Diminuez le sel de cuisson, les bouillons, les sels parfumés tels que les sels de céleri ou d’ail, les sauces du commerce (soja, ketchup…). Attention : évitez absolument les sels de remplacement ou diététiques, car ce sont des sels de potassium, non-recommandés (et même dangereux) lors d’insuffisance rénale !
  • Réservez les mets déjà préparés et les conserves pour des occasions exceptionnelles car ils sont très riches en sel. Préférez des aliments « nature » et/ou surgelés au naturel.

Certains aliments permettent de rehausser le goût et de varier les saveurs, sans adjonction de sel. Il s’agit en effet des épices et des herbes aromatiques :

  • Epices : curry, paprika, muscade, curcuma, etc.
  • Herbes aromatiques : thym, laurier, basilic, persil, origan, marjolaine, persil, ciboulette, etc.
  • Jus de citron
  • Ail, oignon, échalote…

Il faut savoir aussi que le sel est constitué de sodium (Na) et de chlore (Cl) Pour 1 g de sel, nous retrouvons 400 mg de sodium (Na) et 600 mg de chlore (Cl). C’est important de connaître cela pour lire les étiquettes sur les emballages des aliments que nous achetons. Pour vous aider à calculer plus facilement la teneur en sel de certains aliments (car la teneur en sel ou sodium n’est pas indiquée sur tous les emballages), voici un lien qui vous mènera à une table gratuite sur internet : http://www.moins-de-sel.fr/ Ceci, je l’espère, vous permettra de sélectionner les aliments moins riches en sel. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9tinisme http://www.who.int/dietphysicalactivity/reducingsalt/fr/ http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92d%C3%A8me_aigu_du_poumon lien image : http://nl.wikipedia.org/wiki/Fleur_de_sel

Publié par Bernadette Gombert

3 commentaires

  1. Scherrer Florence 24 octobre 2014 à 9 h 23 min

    Article intéressant.
    Le sel sur la photo sans emballage représente combien de grammes?

    Répondre

    1. Bonsoir, les petits sachets bleus de sel représentent exactement 1 gr de sel chacun. Quand à la quantité de gros sel, je n’avais pas pris le soin de la peser, raison pour laquelle j’ai mis tant de temps à vous répondre. Enfin j’ai de nouveau simuler approximativement le même petit tas de gros sel et ensuite je l’ai pesé: il y a approximativement 40 grammes de sel…donc la consommation de sel d’environ 9 à 10 jours pour une personne d’après les objectifs de l’OMS.
      Cordialement. Bernadette

      Répondre

  2. […] aussi: article « sel et insuffisance rénale » du 24 octobre 2014, écrit également par Sylvain […]

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *