Greffe rénale combinée à une greffe de pancréas ou d’îlots de Langerhans

Avatar Bernadette Gombert le 17 novembre 2015

Je reprends, ici en partie, l’article rédigé par Mr Giuseppe Costa. ( HUG- Revue Pulsations mars-avril 2015).

Le diabète est une maladie chronique qui survient lorsque le pancréas ne produit pas assez d’insuline ou lorsque l’organisme n’est pas capable d’utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. Il en résulte une concentration accrue de glucose dans le sang (hyperglycémie).

En Suisse, 40 000 personnes souffrent de diabète de type I et 400 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Seuls les patients atteints de diabète de type I sont concernés par la transplantation de pancréas ou d’îlots de Langerhans.

Diabète de type I et diabète de type II : quelle différence ?

  • Le diabète de type I se déclare en général chez une personne jeune, souvent dans l’enfance. Chez ces personnes les cellules des îlots de Langerhans du pancréas qui produisent normalement l’insuline sont détruites par le système immunitaire. En conséquence, des injections d’insuline sont nécessaires quotidiennement pour diminuer le taux de sucre dans le sang et prévenir toutes les complications à long terme. Il y a une trentaine d’année, le diabète de type I s’appelait le diabète maigre.
  • Le diabète de type II se déclare en général chez l’adulte. Le diabète de type 2 résulte de l’utilisation inadéquate de l’insuline par l’organisme, ou insulino-résistance. Il a une nette composante héréditaire et se déclare souvent dans des situations d’excès pondéral et d’inactivité physique. Il requiert également à terme des injections d’insuline.

Comment s’effectue cette greffe ?

Une douzaine de personnes, médecins, biologiste et laborantins, sous la responsabilité du Professeur Thierry Berney*, se relaient pour être disponibles 24h sur 24 et 7 j sur 7 car le premier élément du processus est l’arrivée d’un pancréas qui peut être prélevé à toute heure du jour ou de la nuit.

141031JG_ilots_langherans_002

L’organe prélevé est alors amené au laboratoire dans un sac stérile avec du liquide de préservation. (photo HUG – Julien Gregorio )

 

141031JG_ilots_langherans_012

La procédure d’isolement débute par la dissection du pancréas.(photo HUG – Julien Gregorio)

141031JG_ilots_langherans_021

(Photo HUG – Julien Gregorio)

 

 

Elle est suivie d’une phase de digestion enzymatique. On obtient alors une suspension du tissu pancréatique dont les îlots seront extraits puis purifiés

150107JG_ilots_langherans_041

(photo HUG – Julien Gregorio)

 

 

 

Les îlots ainsi obtenus sont maintenus dans un incubateur pendant 48 heures.

150109JG_ilots_langherans_044

La dernière étape est le conditionnement dans des poches similaires à celles utilisées pour les transfusions sanguines.(Photo HUG -Julien Gregorio)

150109JG_ilots_langherans_047

La greffe, soit l’injection des ìlots de Langerhans chez le receveur.(Photo HUG -Julien Gregorio)

La greffe sur le receveur aura lieu 24 à 48h plus tard en radiologie interventionnelle : au moyen d’un cathéter dans la veine porte, repérée par ultrason sur un écran, le radiologue injecte par voie percutanée, sous anesthésie locale, les îlots qui vont s’implanter dans le foie du patient. Comme les îlots ne survivent pas tous à ce processus, il faut répéter l’opération une à deux fois. Les îlots isolés peuvent donc provenir de plusieurs donneurs d’organes.

A qui s’adresse cette intervention ?

Cette solution s’adresse surtout aux patients souffrant d’un diabète instable avec des hypoglycémies (greffe d’îlots seuls) et aux patients en insuffisance rénale terminale en dialyse. La greffe est alors combinée avec la greffe rénale.

Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) sont non seulement l’établissement de référence dans ce domaine pour la Suisse Romande et l’est de la France (Groupe Rhin-Rhône-Alpes Genève) mais ils se placent en deuxième position au rang mondial derrière Edmonton au Canada. Depuis 1992, date de la première greffe d’îlots de Langerhans à Genève, ils ont réalisé plus de 300 transplantations et près de 1000 isolements. Le succès durable de cette transplantation est confirmée**.

En 2014, aux HUG, 4 pancréas ont été greffés dont 3 combinés à un rein et 7 îlots de Langerhans dont 1 combiné aux poumons et foie.

www.cellr4.org

Le Professeur T. Berney www.medecine.unige.ch

 

Merci au Professeur T. Berney* médecin chef du Service de Transplantation des Hôpitaux Universitaires de Genève, d’avoir relu, corrigé et complété cet article.

 

 

 

 

Sources :

Revue Pulsations avril -mai 2015: article  » Une greffe à l’assaut du diabète » Giuseppe Costa

http://www.hug-ge.ch/transplantation

http://www.who.int/topics/diabetes_mellitus/fr/

http://www.inserm.fr/thematiques/physiopathologie-metabolisme-nutrition/dossiers-d-information/diabete-de-type-1-did

**http://www.inserm.fr/espace-journalistes/diabete-de-type-1-le-succes-durable-de-la-greffe-de-cellules-pancreatiques-est-confirme

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dico/d/medecine-ilot-pancreatique-6350/

 

Avatar

Publié par Bernadette Gombert

2 commentaires

  1. Avatar

    je suis Imen je suis diabétique et fais des sceances de dialyse je nécessité de greffe reinales et pancreat mois j’ai la nationalité tunisienne et j’ai maitrise en économie bancaire et financière j ‘ 31 ans s’il vous plaît aidez mois

    Répondre

  2. Avatar

    je suis diabétique et fais des séance de dialyse je nécessite de greffe reinale et pancréas j’ai la nationalité tunisien j’30 ans et j’ai maitrise économique bancaire et financière

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *