Adaptation et maladie chronique

Avatar Bernadette Gombert le 26 novembre 2015

La maladie chronique  dure toute la vie, quelquefois avec une tendance à s’aggraver, et une alternance entre des  périodes calmes et de rechute.

Donner un sens à sa vie est une nécessité primordiale de chaque être humain, plus encore indispensable dans la maladie. Le patient en insuffisance rénale terminale en dialyse  doit effectuer des changements importants, remanier et réorienter le sens qu’il donne à sa vie et à ses objectifs. La personne ne doit pas avoir seulement l’identité de malade.

AVT_Boris-Cyrulnik_9210

Boris Cyrulnik – babelio.com

 

Boris Cyrulnik nous enseigne que de la souffrance peut naître le meilleur, par exemple, un gros drame, une configuration familiale traumatisante, un choc émotionnel, une histoire personnelle déstabilisante…Lorsque l’on nous raconte la vie des autres, on se dit : « Ce n’est pas possible, comment peut-on se relever  d’un truc pareil ? Moi, à sa place, j’aurais sombré ! » Et pourtant, l’être humain peut se remettre des pires situations.

 

L’adaptation peut être d’ordre psychologique ou comportemental mais aussi morphologique ou encore physiologique.  Les patients qui s’adapteront le mieux à leur traitement de dialyse sont ceux qui vont parvenir à changer leurs comportements puisqu’ils n’auront aucun pouvoir sur leur morphologie, ni sur leur physiologie. Le développement personnel et l’adaptation comportementale dans la maladie chronique sont nécessaires, même indispensables pour continuer à vivre au mieux.

  • Adaptation morphologique: Certains végétaux des milieux arides possèdent des tissus accumulateurs d’eau, situés dans la tige ou les feuilles.  Certains animaux s’adaptent également à leur milieu, comme le crabe, Glyptoxanthus labyrinthicus. Il se fond dans le décor en ayant l’aspect d’un caillou et sa carapace pleine de petits cratères lui permet de rester humide à marée basse.
Glyptoxanthus_labyrinthicus_2

Le crabe Glyptoxanthus labyrinthicus. Photo: Arthur Anker

  • Adaptation physiologique: C’est la modification des organismes. Ainsi, la limitation des pertes d’eau chez les animaux du désert s’effectue grâce à des processus tels que la rétention d’eau par l’appareil urinaire ou la fabrication d’eau par oxydation des graisses de réserve comme celles stockées dans la bosse du dromadaire.
  • Adaptation psychologique et comportementale:  Pour parvenir à survivre,  les espèces animales tirent profit des facteurs favorables dans leur environnement. Les oiseaux de régions froides construisent, par exemple, des nids exposés à l’est, bénéficiant de l’ensoleillement matinal. Dans les zones désertiques, de nombreux animaux sont nocturnes, évitant ainsi la forte chaleur de la journée. La résilience, caractérisée par la capacité à surmonter les épreuves de la vie, est un comportement adaptatif positif.  L’individu résilient trouve des ressources pour « tenir le coup ». Parmi les nombreuses pistes et suggestions susceptibles de favoriser la résilience, il est possible de noter le rôle du lien social et de la confiance en soi, en l’autre, le rôle des apprentissages informels et transversaux effectués en fonction des différentes expériences de vie, tels que savoir donner sens à une chose insensée, savoir positiver une situation stressante, savoir prendre des risques et savoir faire face.

Les maladies chroniques peuvent favoriser un processus d’adaptation psychologique.

Mme C adaptation à l'HD

Madame C. (Photo HUG)

 

Madame C, en hémodialyse à Genève, a eu beaucoup de mal à s’adapter et même à accepter ce traitement. Elle disait: « Je pensais qu’il était impossible d’être heureuse avec la dialyse. »  Puis un jour après plusieurs mois de « déprime » elle s’est rendue compte que le printemps était arrivé, qu’elle ne pouvait plus restée prostrée. Tout en continuant la dialyse, elle a recommencé à sortir, et à prendre du plaisir dans ses promenades au bord du lac. Elle s’est remise à faire de la cuisine. Elle est repartie en vacances. Elle s’est aperçue qu’elle trouvait beaucoup de chaleur dans le service de dialyse avec les autres patients qui dialysent avec elle. Elle s’est adaptée…

Voir son témoignage dans le film « Vivre avec une insuffisance rénale »

Sources:

Photo: Boris Cyrulnik – babelio.com

https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Cyrulnik

Revue Géo N° 264 de Février 2001 (crabe Glyptoxanthus labyrinthicus)

http://ssaft.com/Blog/dotclear/index.php?post/2013/03/30/%5BStrange-and-Funky-Animal-Photographer%5D-Arthur-Anker

http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/adaptation/18627

http://www.inpes.sante.fr/jp/cr/pdf/2009/session2/PPT_BONINO_Silvia.pdf

Maladie chronique, adaptation et qualité de vie subjective Un regard croisé de la psychologie et de l’économie Angélique BONNAUD-ANTIGNAC1 Philippe TESSIER2

http://www.sgoc.fr/DU%20oncogeriatrie/2009-2010/016%20bonnaud.pdf

 

Avatar

Publié par Bernadette Gombert

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *