Bien surveiller son INR

Bernadette Gombert le 1 février 2016

En hémodialyse, plus de 20% de patients dialysés sont sous Anti Vitamine K (AVK)*.  Les médecins prescrivent cet anticoagulant oral au patient pour diverses raisons médicales, comme  la prévention ou le traitement de thromboses veineuses, lors d’une chirurgie à haut risque thrombotique, les embolies pulmonaires, les valvulopathie, les suites d’un infarctus du myocarde, ou en traitement de fibrillation auriculaire.  Les patients traités en hémodialyse sont malheureusement à risque de ces problèmes de santé . Ces médicaments AVK sont très efficaces mais sont la source d’effets secondaires dont l’hémorragie est le plus important. L’anticoagulation du patient hémodialysé est individualisée * et doit être surveillé.

preservation capital veineux

Photo HUG

Un traitement AVK sans monitorage (surveillance) adéquat est plus dangereux que l’absence de traitement …*

L’acénocoumarol (Sintrom®) et la phenprocoumone (Marcoumar®) sont les principaux anticoagulants oraux utilisés en Suisse

L’INR (International Normalized Ratio) est un des indicateurs de la coagulation sanguine.

www.laboratoire-saint-martin.com

Tube de laboratoire pour la mesure de l’INR. Photo: www.laboratoire-saint-martin.com

La mesure de l’INR est prescrite à des patients qui ont un traitement anticoagulant par anti vitamine K. L’INR n’a pas d’unité.
Si le résultat n’est pas celui que le médecin attend, le traitement sera réajusté.(dose changée)

Compte tenu de la dangerosité du traitement antivitamine K, une mesure mensuelle de l’INR au minimum est recommandée par la Haute Autorité de Santé en France et son équivalent dans les autres pays.

En pratique, la surveillance de l’INR ne concerne que les patients placés sous anti vitamines K. La surveillance de l’INR permet de juger de la nécessité ou non d’augmenter ou de baisser les doses d’anticoagulants selon le chiffre obtenu et la valeur cible souhaitée.

 

Le résultat attendu

> Les personnes saines ou sans traitement anticoagulant ont un INR compris entre 0,8 et 1,2.
> Les patients présentant une thrombose vasculaire aiguë, une embolie pulmonaire, une phlébite, une arythmie cardiaque ou qui nécessitent une prévention de l’infarctus du myocarde doivent avoir un INR compris entre 2 et 3.
> En cas de pose de prothèse valvulaire cardiaque ou d’embolies pulmonaires à répétition, on conseille un INR compris entre 3 et 4,5. dans ce dernier cas, le contrôle de l’INR est plus fréquent.
> Le risque hémorragique sérieux commence au-delà de 5.

Qu’est-ce que le patient doit savoir ?

Le patient sous anticoagulant, doit être éduqué pour bien contrôler les variations de cette donnée : un régime est prescrit pour éviter certains légumes très riches en vitamine K (Le chou-fleur, les épinards, l’huile de colza, le foie de porc et de veau, le poisson, les petits pois). Il doit aussi avoir toujours sur lui sa carte de surveillance et être vigilant à tous les petits saignements qu’il constate ( par exemple les gencives lors du brossage de dents). L’idéal est que le patient sache la raison médicale de ce traitement et quel est le résultat de l’INR que le médecin attend.

Des saignements graves sous AVK peuvent survenir chez des patients traités pour la prévention de thrombose des accès vasculaires.  La combinaison AVK-aspirine expose particulièrement au risque de saignement grave et devrait être évitée

Les patients hémodialysés, traités au long cours par des AVK nécessitent l’adjonction d’un anticoagulant (Héparine) durant l’hémodialyse, mais les doses sont réduites. L’indication à un traitement au long cours d’un AVK doit être évalué avec prudence au vu des risques hémorragiques plus importants chez les personnes hémodialysées.

Les cathéters d’hémodialyse ont quelquefois tendance à s’encrasser. le néphrologue ne prescrit pas dans ce cas un anticoagulant AVK pour fluidifier le sang. D’autres méthodes sont utilisées comme la fermeture du cathéter (verrou) entre deux hémodialyses avec un médicament spécifique comme l’Actylise®

Merci au Dr P. Saudan, Néphrologue agrégé, médecin chef du service de dialyse (HUG) d’avoir relu, corrigé et complété cet article.

Sources :

http://www.revmed.ch/rms/2006/RMS-55/31092

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/6874-calcul-de-l-inr-prise-de-sang

https://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_prothrombine

http://www.rebelle-sante.com/search/node/INR : Dr. Daniel Gloaguen – 27/11/2015

*http://www.sfdial.org/ressourcesSfd/2012/UESFD/HANNEDOUCHE.pdf

Chan KE & al. Jasn 2009;20:2223

http://www.farlamedical.com/Coaguchek_xs/language/fr

http://www.sfav.org/Publication/SFAV2012/051.pdf

Dr Cannaud Montpelier modalités de branchement, entretien du KT au quotidien, AVK ou non ? cible INR

Publié par Bernadette Gombert

Un commentaire

  1. Kick the tires and light the fires, problem offilialcy solved!

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *