Des centres de dialyse fabriquent leur dialysat

Bernadette Gombert le 9 juin 2016

Les générateurs de dialyse permettent une fabrication extemporanée du dialysat à partir de composés Acide et Bicarbonate en poudre. Cette étape arrive après le traitement de l’eau (voir article traitement de l’eau)

AcideCette eau ultra pure est mélangée avec un concentré d’acide qui est stocké en bidon.

Ce bidon se trouve au pied de chaque machine d’hémodialyse. La consommation d’eau pure et de concentré est très importante. Un bidon de 5, 6 ou même 8 litres est nécessaire à chaque séance d’hémodialyse. Cela implique beaucoup de matériel dans chaque centre de dialyse. Il n’est pas rare d’avoir un besoin de 30 à 40 bidons par jour. La manutention pour les ranger, puis les amener au pied de chaque machine est une charge importante de travail pour les infirmières qui les portent. De plus, ce système n’est pas très écologique, car les déchets sont importants. Les bidons sont en plastique, mais sont cependant recyclés.

Une méthode plus écologique et moins onéreuse est possible avec une centrale conçue pour la dissolution des produits concentrés secs ou en gel avec l’eau pure qui a été traitée par osmose inverse. Plus besoin de bidons d’acide en concentré, la fabrication du dialysat est centralisée. En plus de l’intérêt écologique, la superficie gagnée sur le stockage des bidons peut être utilisée au profit des patients.

BAS011_concentrate-supply-granumix-plusSur cette photo, l’appareil Granumixplus de fabrication centralisée de dialysat (Fresenius Medical Care).

  • A gauche, les deux grands réservoirs de 750 litres chacun, contiennent deux dialysats différemment dosés en calcium et en potassium. Le dialysat choisi par l’infirmière arrive directement aux machines de dialyse et respecte ainsi la prescription médicale.
  • Au centre, l’appareil qui fait la bonne dissolution, en respectant toutes les normes de sécurité et de pureté de l’eau.
  • A droite (bidon bleu), le concentré, qui est un grand fût contenant du gel. Il est livré régulièrement par le fabricant et mis en place par l’utilisateur avec une manutention simple et sans effort.

Cet appareil peut être stocké dans le même local que celui du traitement de l’eau et il demande  une superficie d’environ 20 m².

Aux Hôpitaux Universitaires de Genève, malgré un centre de dialyse moderne, cette installation n’a pas été possible. Nous utilisons donc toujours les bidons. Par contre le centre de dialyse d’Onex est équipé de l’installation Granumix. L’infirmière responsable du centre d’Onex, a eu la gentillesse de me faire visiter et elle m’a exposé sa satisfaction. Pour elle et son équipe, c’est très facile à utiliser, l’entretien est faible car le système est muni d’alarmes à tous les niveaux (détecteurs de fuites, sécurité contrôlée à toutes les étapes, commande de concentré à prévoir…etc). Il y a un haut niveau d’automatisation avec une intervention minimale de l’opérateur pour le mélange. Le système fermé fournit un nettoyage et une préparation sans poussière. L’équipe soignante est également heureuse de ne plus avoir à porter de bidons, ce qui est très confortable.

Ce système n’exempte pas l’utilisation des cartouches de Bicarbonate.

Capture Denis

Mr Denis Liechti

Merci à Mr Denis Liechti, infirmier spécialiste clinique en dialyse chez Fresenius Medical Care d’avoir relu, corrigé et complété cet article. Cet infirmier formateur est un expert en hémodialyse et  il est un partenaire incontournable dans la formation des infirmières de dialyse en Suisse Romande. Toutes les équipes le remercient  pour sa disponibilité et son désir de partage de compétences.

Sources :

http://www.aurar-dialyse.fr/IMG/pdf/snitem_dialyse_web.pdf

https://nephrohug.wordpress.com/2014/01/10/le-traitement-de-leau-en-hemodialyse/

https://nephrohug.wordpress.com/2015/07/09/le-centre-de-dialyse-de-onex-sagrandit/

http://www.fmc-austria.at/files/Granumix_plus_Broschuere.pdf

http://www.hellotrade.com/fresenius-medical-care-singapore/granumix-plus.html

Les images : bidons et photos du Granumix: site Fresenius Medical Care

Publié par Bernadette Gombert

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *