Mise au point pour les patients insuffisants rénaux au sujet de l’épidémie COVID-19

Pascale Lefuel Pascale Lefuel le 6 mars 2020

Communiqué du Pr MARTIN, Chef de service de Néphrologie

L’équipe médico-soignante de néphrologie suit les directives nationales et institutionnelles qui se sont modifiées durant cette semaine.
Au vu de l’augmentation des cas en Suisse mais aussi dans les pays limitrophes comme la France et dans le monde (95’000 cas estimés), les mesures deviennent plus restrictives notamment pour le personnel hospitalier afin de diminuer le risque de transmission et d’exposition. Les événements publics sont annulés jusqu’à fin mars puis suivant l’évolution. Les réunions sont limitées au minimum nécessaire. Le port du masque est obligatoire dans les services d’urgences des HUG, pour les soignants, les patients et les accompagnants. Une traçabilité des personnes présentes dans des centres d’urgence ou dans des réunions est nécessaire (pour les contacter si cas détecté à posteriori). Les voyages à l’étranger professionnels sont annulés, les voyages pour des raisons privées sont déconseillés.

Pour les patients, on recommande toujours les mêmes précautions en insistant sur le lavage des mains et la distance d’éloignement à tenir (> 2mètres) avec des personnes qui ont des symptômes respiratoires comme toux, reniflements, etc… Nous recommandons d’éviter les poignées de mains et d’éviter de se toucher le visage sans s’être lavé les mains. Une routine de lavage des mains plusieurs fois par jour (savon ou solution hydro-alcoolique) est encouragée.

Il n’y a pas d’interdictions ou de recommandations d’éviter les lieux publics usuels (restaurants, supermarchés, etc…) mais les précautions d’éloignement doivent être respectées (notamment dans les files d’attente ou les transports publics).

Les patients insuffisants rénaux, en dialyse ou transplantés n’ont pas plus de risques d’être contaminés mais ont un risque augmenté de complications du virus COVID-19 et nécessitent une vigilance particulière. A noter que parmi les 7 morts rapportés en France au jeudi 5 mars, une personne était une insuffisante rénale hémodialysée. Nous sommes donc particulièrement attentifs avec les patients qui viennent au centre de dialyse et avec les patients transplantés. Nous recommandons de signaler toute fièvre supérieure à 37.5 °C de plus de 2 jours ou des symptômes respiratoires aigus.
Aux HUG, dans notre service d’hémodialyse, nous avons en réserve une chambre pour un isolement et des masques pour les patients. Nous proposons des masques à la consultation de transplantation si la personne a des craintes, mais nous ne l’imposons pas à ce stade.
Nous recommandons aux patients d’éviter tout déplacement dans des lieux publics qui ne soit pas nécessaire. Nous recommandons le télétravail si c’est possible pour les gens qui ont un travail, sinon, d’être très attentifs aux règles d’éloignement et de désinfection des mains, et d’éviter les réunions de travail dans un environnement confiné avec de nombreuses personnes (plus de 10 ou 20, mais il s’agit d’une appréciation de cas en cas).

Le déplacement en transports publics n’est pas déconseillé, mais dans la mesure où le patient peut éviter une densité de gens trop importante. Nous recommandons pour cette raison d’éviter les heures de pointe dans les grandes lignes de train ou de bus.

Finalement, quand c’est possible nous proposons des consultations téléphoniques soit par « facetime ou skype ». Pour des situations particulières de confinement, nous proposons des masques à nos patients, mais en petit nombre car notre stock doit être maintenu pour les soignants. Nous ne modifions pas le traitement immunosuppresseur chez les patients greffés.

La semaine prochaine, nous avions organisé des événements pour la Journée Mondiale du rein : le 12 mars 2020. Nous devons annuler les dépistages et les conférences publiques. Cette annulation démontre que la vulnérabilité des patients insuffisants rénaux est une réalité et que nous ne pouvons pas leur faire prendre de risques. Nous marquerons néanmoins cette journée et le jet d’eau de Genève sera de couleur orange en l’honneur de la Journée Mondiale du rein 2020.
Pour l’équipe de Néphrologie.

photo Pr Martin

Pr Pierre-Yves Martin

Pascale Lefuel

Publié par Pascale Lefuel

Infirmière spécialiste clinique de néphrologie.

20 commentaires

  1. Avatar
    Vagneux Françoise 7 mars 2020 à 0 h 11 min

    Je vous remercie sincèrement pour toutes ces informations et pour les conseils qui en découlent. Ça dédramatise la situation et permet de garder son calme, sans céder à la psychose ambiante. Merci ! 👏🏼😊

    Répondre

  2. Avatar

    bonjour, prendre un taxi ou une ambulance pour se rendre aux centre de dialyse!
    je n’ai vu nulle part des mesure pour prévenir les patients ou les chauffeur suis les risques de contamination dus aux virus.
    Déjà que je n’arrete pas de raler en vers les ambulanciers qui rentrent et qui sortent des salles de dialyse sans aucune protection mécanique ou chimique, il faudrait que les centres comme celui de marseille de st jo’s se mettent à la page!! c bien de faire du fric mais vivre mieux c MIEUX.

    Répondre

    1. Pascale Lefuel
      Pascale Lefuel 9 mars 2020 à 9 h 55 min

      Bonjour, C’est peut-être l’occasion d’aborder le sujet avec les responsables du centre de dialyse, afin que les transporteurs qui sont au contact direct de beaucoup de patients augmentent leur vigilance pour protéger les plus vulnérables.
      Bon courage !

      Répondre

  3. Avatar

    Bonjour, je suis gréffée rein et pancréas et j ai une fille scolarisée ! Nous ne sommes pas dans une zone de quatorzaine mais nous avons des cas pas très loin , dois je la garder à la maison et si oui comment le justifier auprès de son établissement ! Et encore merci pour toutes ces informations

    Répondre

  4. Avatar

    Je vous remercie infiniment Pr pour ces conseils….un grand bonjour du Casablanca from morocco.

    Répondre

  5. Avatar

    Un grand merci pour ces informations !

    Répondre

  6. Avatar

    En Guinée, nous on a décidé de célébrer la journée mondiale du rein par des émissions dans les médias cette année.

    Répondre

    1. Pascale Lefuel

      Bravo !

      Répondre

  7. Avatar

    Merci pour ces informations.
    J’ai bien compris les mesures préventives à adopter et ne travaillant plus je reste le plus possible à la maison.
    Mais quelles sont les recommandations face aux membres de nos familles qui travaillent, prennent les transports et peuvent nous contaminer même en étant àsymptomatique.
    On est évidemment en contact étroit avec eux et c’est vraiment mon angoisse.

    Répondre

    1. Pascale Lefuel
      Pascale Lefuel 9 mars 2020 à 9 h 53 min

      Certes vous êtes en contact étroit, les mesures à prendre sont les mesures qui ont déjà été énoncées : lavage des mains toutes les heures, avant chaque repas, en sortant des transports en commun, éternuer ou tousser dans le pli du coude, utiliser les mouchoirs jetables à usage unique ! ne pas les garder dans ses poches ou sacs. Si des personnes de votre entourage se sentent fébriles ou « grippées » contacter les services médicaux en ligne et garder vos distances, la personne devrait porter un masque si elle est dans votre entourage proche (famille), si ce sont des personnes extérieures à votre famille, vous différer les visites ou rencontres.

      Répondre

  8. Avatar

    Merci pour ces informations, je suis en France et je n’ai pas eu aucune information par mon centre de transplantation !
    Mon inquiétude vient du fait que même si on applique les recommandations et notamment rester chez soi au maximum, comment éviter d’être contaminé par nos proches qui travaillent et prennent les transports . On est en contact proche avec la famille et donc risque accru.
    Quelles recommandations ?

    Répondre

  9. Avatar

    Merci beaucoup pour ces informations.
    Je suis greffée du rein et serai intéressée à recevoir vos mises à jour et vous en remercie d’avance.

    Répondre

  10. Avatar

    Merci pour ces précisions

    Répondre

  11. Avatar
    Leroux Mireille 8 mars 2020 à 23 h 26 min

    Merci beaucoup pour toute ces informations,ça réconforte un peu , mais la peur est quand même présenté !!!

    Répondre

  12. Avatar

    Quand j entends certaines personnes qui ne se font pas de soucis car elles sont en bonne santé et que celle ci ne pensent pas aux personnes sans défenses immunitaires ou personnes âgées ..je trouve cela égoïste ..Mon mari et transplanté rénale et cela me fait un peu peur …. Ce sont des personnes fragiles . les gens ne devraient pas penser qu a eux ..Il évite les sorties ….Sauf cas nécessaire et reste très prudent …..Nous qui vivent avec lui sommes aussi attentionné ..Car nous voulons eviter qu il soit malade…….Sans avoir une psychose nous ne sommes en rien a l abris ..Merci pour ces conseils toujours bon a prendre

    Répondre

    1. Pascale Lefuel
      Pascale Lefuel 9 mars 2020 à 9 h 57 min

      J’approuve votre réflexion, à nous qui sommes proches de personnes vulnérables de sensibiliser les personnes qui ne verraient pas l’importance des mesures de protections. C’est un acte civique.

      Répondre

  13. Avatar
    Valérie LAGODA 11 mars 2020 à 19 h 41 min

    Bonjour, un membre de ma famille qui a moins de 30 ans est insuffisant renal chronique suite à un AVP ( nephrectomie a hauteur de 75% et splenectomie). Sa fonction rénale est à ce jour stable mais doit faire un stage d une semaine dans une entreprise d ambulancier prochaimement. Pensez-vous Qu il faille reporter? Merci davance de votre réponse.

    Répondre

  14. Avatar

    toutes les personnes souffrant de maladie chronique souffre actuellement à cause de l’état de nos CHU.

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *